Accueil / Psychanalyste / La thérapie pour les enfants

La thérapie pour les enfants

Je reçois les enfants dès 3 ans ou la première année de maternelle :
Par le jeu, le dessin, laissant libre l’enfant dans ses déplacements, il est curieux de constater que part lui-même il va manifester la problématique du "pourquoi il est venu".
La faculté de représentation du « on fait semblant » permet à l’enfant de dire ce qu’il ressent et traverse. Le naturel fait le reste et permet au psychanalyste de décrypter ce qui se joue en séance.  

Nous le constatons toujours de la naissance jusqu'à 5 ans, l’évolution de l’enfant est fulgurante, c’est la période ou la croissance physique et neuropsychologique est la plus rapide, venant juste après la vie intra-utérine.
Commence alors la mise en place de sa personnalité, du langage, d’apprendre à vivre socialement, des règles de vie, de la relation à lui-même.
Il commence à comprendre le vrai du faux, le symbolisme, l’humour et quelques subtilités de langage et d’abstraction.  Son savoir augmente « il apprend à grande vitesse » toutes sortes de choses utiles ou pas.
Une construction intérieure qui peut se faire dans un cadre sécurisant et aimant, sa famille. Mais lors de cette pousse à grande vitesse, même avec un cadre de croissance bienveillant, l’enfant peut ressentir de l’anxiété, avoir des terreurs nocturnes, ou son « non » n’est pas qu’une expression de soi, mais une vraie difficulté a supporter la frustration, la peur d’être abandonné, les questions sur la naissance, la mort et les mille autres questions que l’enfant se pose.
Avec des mots simples en psychothérapie, des solutions pour aider l’enfant sont mises en place.
Par exemple, la propreté peut avoir du mal à venir lors des changements familiaux, déménagements, séparation d’êtres investis, ou apparition d’un nouvel enfant dans la famille. Un décès, des difficultés familiales particulières sont autant de causes des « maux » de l’enfant.

Dès 6 ans, l’enfant vit autrement les choses. Son comportement change, il n’investit plus uniquement sa famille mais aussi d’autres enfants.
La possibilité cognitive lui permet d’apprendre à lire, à résoudre des choses assez complexes. L’enfant devient plus réfléchi, moins « émotionnel et sensitif ».
Il vit son corps autrement et devient pudique. Ce qui ne voudra pas dire que l’enfant va « super bien », surtout si quelques troubles intérieurs ont pu rester latents et se manifester plus tard de façon plus ou moins prégnante s’il n’y a pas eu résolution endogène ou parfois aussi exogène.
Si encore l’enfant n’a pas trouvé de réponse à des questions comme la mort par exemple, ou des questions sur lui-même. La psychothérapie et l’art-thérapie sont souvent bien aidantes pour l’enfant.
L’enfant peut aussi présenter une « suractivité cérébrale », des difficultés à d’apprentissage. (Trouble de l’attention, hyperactivité, précocité… d’autres peuvent être diagnostiqués comme avec un spectre autistique asperger…)
Les parents et la famille forment un ensemble considéré dans une psychothérapie familiale autour de l’enfant.  En questionnant la constellation familiale dans une forme « systémique », des éléments importants apparaissent et c’est ensemble que nous pouvons trouver une résolution.

La période de 6 à 11 ans est appelée période de latence.

Si chez l’enfant les troubles suivants sont récurrents, alors il vaut mieux que l’enfant puisse bénéficier d’une prise en charge en psychothérapie.
Du rejet, de l’anxiété, du stress, des angoisses nocturne, de la tristesse, du repli sur soi, une colère récurrente, des troubles alimentaires,des phobies,du rejet, une problématique de comportement scolaire, un vécu harcèlement, de la violence,des tocs,de l’ agitation, de la nervosité, des cauchemars,des idées noires,un comportement étrange,une immaturité, un décalage social.
Pendant la scolarité, des difficultés particulières peuvent être là : trouble de l’attention, dysorthographie, dyslexie, dyscalculie. Les prises en charge en orthophonie, psychomotricité, psychothérapie, sont là pour aider l’enfant.
L’enfant régit assez bien à une psychothérapie. Il est lui-même proche de son inconscient. Sa souplesse d’évolution est encore bien active.
Dans la plupart des cas, cela évolue étonnamment vite, surtout si la famille peut être présente et que la collaboration de chacun est active.

Je travaille en lien étroit avec des neuropsychologues, pédopsychiatres, médecins orthophoniste, psychomotricien…parfois l’enfant à un besoin de tests particuliers et d’une prise en charge autre et complémentaire à une psychothérapie. Tout cela est vu, analysé, discuté et échangé avec la famille.
 
L’enfant étant une vraie personne, en prendre soin, c’est prendre soin de notre avenir commun.

Me contacter

Par téléphone : 04 88 92 72 00

Les champs indiqués par un astérisque (*) sont obligatoires